Entre le chien d'assistance et le chien de famille...

image75
image76

Combler une partie du vide immense

Pour aider les anxieux, les dépressifs, les traumatisés, les victimes de violence ou négligence, les malades chroniques et tant d’autres qui ne satisfont pas aux critères d’obtention d’un chien d’assistance, mais pourraient bénéficier d’un support canin assisté, développer et promouvoir l’idée du chien de soutien.

Mettre à contribution...

...des sauveurs chiens

image77

Les vétérinaires et les TSA qui sauvent des chiens et leur offrent refuge. Les bénévoles qui les appuient en les accueillant chez eux. Des refuges publics et privés souvent débordés. Ceux qui gardent des chiens à faire adopter assez longtemps et ont la compétence pour en évaluer sommairement le tempérament, les besoins et les comportements sont nombreux. 

...des intervenants crédibles en comportement canin

image78

À  défaut d’une association ou d’un ordre  professionnel dûment reconnu, il existe au Québec une large communauté d’intervenants en comportement canin  formés par quelques maîtres professant des enseignements compatibles et similaires basés sur le renforcement positif. 

Sur une base volontaire, certains passent les examens d’entrée et deviennent membres du Regroupement québécois des intervenants en éducation canine, le RQIEC.

Cet organisme édicte des règles de bonne pratique auxquelles adhère l’ensemble de la communauté.

Plusieurs peuvent aider à choisir le bon chien, lui inculquer les comportements voulus et à les maintenir dans le temps.

...des chercheurs de solutions canines

image79

Psychologues, médecins, thérapeutes qui limitent leurs prescriptions et suggestions de fourniture de chiens d’aide aux rares personnes dont la condition peut être jugée assez sévère pour avoir une chance raisonnable de qualification pour l’obtention d’un chien d’assistance. Ceux qui cherchent pour un proche ou pour eux-mêmes, sans le nommer ainsi, ce que nous appelons un chien de soutien. Les chercheurs orphelins pas, peu ou mal accompagnés existent.


image80

Réunir des chiens et des humains très compatibles

Lancer des idées, énoncer des valeurs, articuler une vision, rallier des « missionnaires »

Mettre le chien en premier, c'est évident

Le bonheur du chien, c'est le centre de l'aventure. Mal choisi, mal introduit, sans l'éducation de base et le suivi requis, il ne peut être utile.

À l'évidence, il doit gagner gros : un foyer pour la vie à la mesure de ses besoins, et aussi des suivis périodiques obligatoires en médecine et comportement canin.

Comme écrit plus haut, des hôpitaux, des cliniques vétérinaires, leurs fondations et leurs réseaux de refuges pourraient effectuer une présélection valable des candidats canins potentiels.

Il pourrait rapidement se créer une banque virtuelle des candidats canins potentiels avec une grille descriptive sommaire satisfaisante.


Bien évaluer la capacité d'un humain à satisfaire les besoins d'un chien, pas juste le contraire

Comment, sinon, un chien pourrait-il maintenir les attitudes et comportements pour lesquels on l'a choisi et éduqué ?

La disponibilité, la capacité et l'environnement des humains doivent obéir à des critères susceptibles de garantir largement les bénéfices escomptés. 

Les intervenants en comportement canin et ceux en santé humaine devraient pouvoir enrichir leurs pratiques respectives des observations et recommandations de l'autre partie.


Différencier clairement les chiens de soutien des chiens de famille et d’assistance.

Pour faire image, disons qu’ils sont à certains chiens d’assistance et plusieurs égards ce que les poules en liberté sont aux poules d’élevage. Moins contraints. N’obéissant à un cahier de charge ne comportant rien d’autre que l’acquisition et le maintien de bons comportements. Comme les chiens Togo, ils ne sont pas issus d’un élevage dédié. Choisis pour leurs qualités intrinsèques et tout le bien-être que leur seule présence peut apporter. Ils se différencient largement du chien de famille de plusieurs façons : du fait qu’il sont suggérés ou prescrits par un professionnel de la santé ; qu’ils  sont  choisis et éduqués avec et suivis par un éducateur canin toute leur vie ;  le tout à condition qu’il existe, dès le départ, une forte présomption à l’effet qu’ils ont naturellement ce qu’il faut pour jouer un rôle significatif dans la vie de quelqu’un en étant simplement au mieux de ce qu’ils peuvent être. 


Débuter en invitant et en aidant des éducateurs canins crédibles à lancer le service chez eux, localement

Il existe des groupes d'entraide et de discussion dans toutes les régions qui réunissent des gens susceptibles d'être intéressés pour eux-mêmes ou un proche par l'idée d'un chien de soutien. Nous pourrions favoriser des rencontres entre ces groupes et des intervenants en comportement canin recrutés parmi les membres du RQIEC, les élèves de Lessard, Dehasse, Bouchard ou autres qui seraient intéressés par l'aventure.


Commencer par proposer des services et un modèle d'accompagnement simples, souples et accessibles à un PDSF (prix de détail suggéré par les fondateurs) modiques et modulables


  • Détermination des besoins, recherche et évaluation d'un candidat canin : 250 $


  • Éducation de base chez l'intervenant canin (si nécessaire, maximum 2 semaines : propreté, demandes de base, rappel et promenade) : 500 $


  • Intégration et formation de l'humain (de 3 à 5 séances à domicile la première année) avec suivi par courriel et téléphone : 300 $ à 500 $


  • Suivi périodique obligatoire (en personne, 1 fois par année, à compter de la 2e année ; avec assistance par courriel et téléphone, lorsque nécessaire): 200 $


Tranquillement devenir plus qu'une idée sur le web

Une ou des pages FB. Un blogue. Un laboratoire informel. Un groupe de travail. Un programme. Une association. Une fondation. Une  formation. Ça pourrait devenir autre chose.

Pour l'instant, l'idée, c'est de tenter d’explorer et de faire fleurir quelque chose qui mérite de l’être.




.

Se faire aider

Conseils avisés, encouragements et témoignages, commentaires doux-amers, suggestions béton ; gros merci à ceux et celles qui nous ont parlé ou écrit jusqu'ici.

Notre projet en est à sa deuxième écriture.

Prière de continuer à nous permettre de clarifier ses objectifs, clientèles, partenaires potentiels, mérites, lacunes, écueils, vices de fond et de forme, 

Soyez chiens, si possible ! 


En savoir plus

Contact

Envoyez-nous un email !

Ce site est protégé par reCAPTCHA ; la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s’appliquent.

Joignez-nous bientôt sur facebook !

Questions, commentaires,  demandes,  offres, suggestions  ;  nous aurons bientôt une page  facebook.

Chien de soutien

1366, chemin du Ruisseau Sud, Saint-Mathieu-De-Beloeil, Québec, Canada

(514) 400-4100